Creative Connection

12 janvier 2018 /retouche photo /

Photoshop : retouche photographique et innovation au sein de l’industrie

Pendant près de trois décennies, Adobe Photoshop nous a aidés à réimaginer la réalité. Et, grâce à son évolution constante, la magie de Photoshop continue d’opérer.

À l’occasion du 35ème anniversaire d’Adobe, nous avons convié trois spécialistes de l’équipe Photoshop — Russell Preston Brown, Senior Creative Director ; Julieanne Kost, Principal Evangelist pour Photoshop et Lightroom ; et Stephen Nielson, Group Product Manager — à partager leur point de vue sur ce logiciel iconique, de la genèse du produit à l’avenir de la créativité digitale.

Adobe a acquis les droits de distribution de Photoshop en 1988 auprès de Thomas et John Knoll, et lança Adobe Photoshop 1.0 en 1990. Russell, vous faites partie de l’équipe Photoshop depuis longtemps. Quels sont les tournants décisifs et les évolutions majeures qui vous viennent à l’esprit ?

Russell : Je travaille avec Photoshop depuis le tout début ; je me souviens de John Knoll lorsqu’il en faisait la promotion auprès des fondateurs d’Adobe, John Warnock et Chuck Geschke. Les fonctionnalités qu’il nous a montrées n’étaient à l’époque disponibles que sur des mainframes à 100 000 dollars. Sa démonstration des performances de ce logiciel sur un Macintosh était tout simplement stupéfiante.

Depuis l’enfance, j’ai toujours voué une passion au numérique. Ce type de performances était désormais à la portée du commun des mortels ; il était désormais inutile d’être programmeur pour traiter des images.

Russell Preston Brown, Senior Creative Director chez Adobe

En ce qui concerne les tournants décisifs, ils sont nombreux. Mais ce sont les calques, les objets dynamiques et Camera Raw qui me viennent d’abord à l’esprit. Les calques ont ouvert de nouveaux horizons à la création et à la photographie, en simplifiant considérablement les workflows et en regroupant diverses fonctionnalités sans avoir recours à une solution de contournement, comme ce fut le cas auparavant.

Les objets dynamiques permettent de travailler en parallèle pour parfaitement redimensionner ou déformer des caractères par exemple, en conservant la résolution et la qualité d’image originale.

Quant à la technologie Adobe Camera Raw développée par Thomas Knoll, elle est révolutionnaire ! Il fallait jusqu’alors jongler avec des niveaux et des courbes pour retoucher des images, et tout à coup, nous avons eu la possibilité de travailler sur des images avec de nouveaux outils et de procéder à des changements jusqu’ici inenvisageables.

En 2015, Adobe Photoshop célébra ses 25 ans (depuis la commercialisation de sa première version). Retrouvez la chronologie des innovations propres à ce produit ici.

Photoshop n’est pas le seul aspect de la photographie à avoir évolué. La photographie numérique a fait son apparition, et logiciels et matériels semblent interagir pour dynamiser les créations innovantes. Julieanne, quels sont les effets de ces innovations ?

Julieanne : Photoshop a ouvert de nouveaux horizons à la créativité. Alors que la plupart des gens associent Photoshop à un outil servant à « corriger » des imperfections en post-production, je l’ai toujours considéré comme un outil qui permet de faire progresser le processus de création.

Loin d’être un simple « raccourci » vers les perspectives offertes par un appareil photo, Photoshop nous permet de développer des possibilités qu’aucun autre instrument ne peut offrir. Et dans un univers digital aussi riche de débouchés, Photoshop nous permet d’orienter notre travail dans des directions différentes, bien plus nombreuses que lorsque nous ne disposions que d’outils photographiques classiques. Photoshop permet à quiconque — artiste, designer ou photographe — de modifier une photographie pour lui appliquer un style propre, que ce soit au travers de réglages subtils des tons et des couleurs ou d’images composites complexes, et de partager ensuite son histoire avec le monde entier.

Julieanne Kost, Principal Evangelist pour Adobe Photoshop et Lightroom

Photoshop a véritablement démocratisé la photographie — et la créativité. Stephen, comment peaufinez-vous encore et toujours ce produit pour qu’il convienne à tous les publics ?

Stephen : Nous fixons soigneusement les priorités pour chaque version. Il est, de toute évidence, très difficile de trancher entre une multitude d’idées excellentes ; nous nous efforçons donc de sélectionner une série de perfectionnements qui auront la meilleure incidence sur l’ensemble de nos clients.

À partir du moment où nos priorités sont fixées, les chefs de produit travaillent en étroite collaboration avec les designers et ingénieurs pour définir les contours fonctionnels. Nous effectuons un tas de recherches — analyse des suggestions adressées par les utilisateurs, rencontres en personne, élaboration de prototypes, et examen des options envisageables avec les ingénieurs.

Dès l’instant où nous disposons d’une version exploitable, même imparfaite ou incomplète, nous la publions dans le cadre de notre programme de bêta-test, qui permet de recueillir les avis de plusieurs centaines de testeurs. Débute alors un processus itératif jusqu’à ce que la version soit prête à être commercialisée.

Stephen Nielson, Group Product Manager pour Adobe Photoshop

Existe-t-il d’autres moyens de prendre en compte les remarques des utilisateurs du logiciel au cours du processus de développement ?

Stephen : Nous avons un site, feedback.photoshop.com, qui est en service depuis 2010 et nous permet de nous faire une idée très précise des principales attentes de nos utilisateurs. Nous avons ainsi reçu environ 3 000 requêtes de nos clients et recueilli près de 10 000 votes.

Il nous arrive de voir passer des demandes d’évolutions mineures et simples à réaliser, dont nous n’aurions sans doute pas fait une priorité. Pour elles, nous avons créé l’acronyme « JDI » (Just Do It), autrement dit « à faire », et nous les ajoutons à notre liste. Ce site communautaire regroupe toujours une grande partie des données dont nous devons tenir compte.

Du recadrage élémentaire en passant par les calques, la retouche de photos numériques a considérablement évolué depuis le lancement de Photoshop.

Adobe s’efforce déjà de développer la créativité digitale. Mais comment, d’après vous, la technologie évoluera-t-elle pour rendre le processus de création encore plus intuitif ?

Russell : Je verrais bien une évolution vers un apprentissage de mes propres automatismes, qui me permettrait d’apprendre au produit comment retoucher mes photos. J’ai hâte que le logiciel observe la manière dont je retouche une photo et me fasse une suggestion !

Stephen : Certaines innovations accélèrent la demande de contenu Photoshop et l’utilisation du logiciel. L’une d’elles met l’accent sur l’ergonomie — nous mettons un point d’honneur à faciliter la tâche des nouveaux utilisateurs, sans abandonner les workflows indispensables aux professionnels.

La tendance est au développement de fonctionnalités plus intuitives, et nous nous y employons également. Le recours au machine learning contribue notamment à automatiser la création de contenu. La fonction Remplissage d’après le contenu est la parfaite illustration d’une technologie mise au service de l’automatisation et de l’accompagnement du processus de création. Nous nous intéressons également aux nouvelles technologies pour faciliter les sélections et l’automatisation de tâches répétitives.

Et nous effectuons également des recherches sur la voix et les commandes vocales. Ce sont des domaines captivants.

Scene Stitch a été présenté en avant-première à Adobe MAX 2017. Cette technologie offre bien plus de possibilités que le Remplissage d’après le contenu, et est basée sur Adobe Sensei pour trouver automatiquement du contenu similaire et combler les vides des images retouchées.

Chacun de vous travaille pour Adobe depuis plusieurs années. Comment expliquez-vous le succès de Photoshop, et comment le percevez-vous au fil des ans ?

Julieanne : Si certains des plus beaux exploits de Photoshop font parfois la Une des journaux — ce logiciel sert, par exemple, au National Center for Missing & Exploited Children afin de réaliser des projections d’enfants disparus représentés à l’âge adulte — la réussite se mesure mieux individuellement, à mon sens.

Certains photographes rencontrent le succès en se servant de Photoshop pour créer une image qui oblige le spectateur à s’interroger ou à observer le monde sous un autre angle. Pour un scientifique, la réussite peut être tout autre : il s’agit d’être en mesure de dénombrer, mesurer et consigner certains éléments d’une image, de mettre en lumière des détails subtils, ou d’appliquer de fausses couleurs à des fins pédagogiques lors de la publication de travaux.

Photoshop offre un nombre de possibilités infini pour observer le monde autrement. Crédit image : Yum Tang

Pour un designer, la réussite peut se matérialiser par la création d’une expérience utile donnant aux clients les moyens d’accéder aux informations, de communiquer entre eux ou d’enrichir autrement l’existence de ceux qui utilisent leurs produits. Pour un artiste, la réussite peut être l’expression d’expériences individuelles, la documentation d’événements marquants de la vie, ou la création d’un monde imaginaire.

Cihan Ünalan est passionné de science-fiction depuis toujours. En découvrant ce paysage lors d’une mission dans l’est de la Turquie, il savait que la création de cet univers avec Photoshop serait son prochain projet. Crédits image : Cihan Ünalan, Matteo Musci, Atilla Karabay.

Certains clients cumulent les succès dans tous ces domaines (et bien d’autres) et, indépendamment des outils Photoshop employés dans leur discipline, ils partagent un trait commun : la faculté à créer à travers Photoshop des images qu’il est impossible d’obtenir ailleurs. Les images nous aident à transformer notre vision du monde, à éveiller notre imagination et à véhiculer de nouvelles idées, et lorsque c’est le cas, c’est une réussite tant pour Photoshop que pour nos clients.

Stephen : Ce qui me fait extrêmement plaisir, c’est lorsque le client avoue qu’il ne se rendait pas compte que les fonctionnalités logicielles proposées correspondent exactement à ce dont il avait besoin.

Il me semble que nous avons su trouver un juste équilibre entre deux aspects : répondre aux besoins des clients et proposer des nouveautés que personne n’attendait, mais qui s’avèrent être extrêmement utiles. Cela vient du fait que nous nous efforçons de cerner nos clients.

Le remplissage d’après le contenu est un exemple parfait ; la plupart des clients n’imaginaient pas une telle fonctionnalité possible, or, elle est extrêmement prisée. Idem pour les plans de travail : la demande était loin d’être extraordinaire, pourtant nous étions convaincus qu’ils recueilleraient une large adhésion, et nous avons vu juste.

À quoi ressemblera, d’après vous, la créativité digitale dans quelques années ?

Julieanne : Je ne doute pas que la communauté de créatifs continuera de prospérer. La « boîte à outils » de la créativité digitale continuera à évoluer, offrant de nouvelles possibilités et les rendant accessibles au plus grand nombre. Je table, pour ma part, sur les progrès constants de l’intelligence artificielle et du machine learning pour automatiser les tâches répétitives — comme le balisage des images, l’application d’effets spéciaux, l’automatisation des workflows, etc. Par ailleurs, de nouveaux outils de travail en 3D et en réalité augmentée continueront de faire la part belle aux investigations et à l’ingéniosité. Et comme Adobe poursuit sa démarche novatrice, ses outils numériques nous donneront les moyens de consacrer davantage de temps au sens et au but de notre projet, ce qui nous permettra de mieux exprimer notre créativité.

retouche photo

Participez à la discussion