Creative Connection

17 juin 2015 /inspiration /typographie /

Poésie, palindromes et autres bizarreries typographiques

“La seule écriture qui compte, c’est l’écriture de sa vie.”

Un thème original pour une soirée peu conventionnelle. La cinquième Creative Drink Up accueillait ce mardi soir un invité hors du commun : Jérôme Peignot, écrivain, poète et descendant de la plus illustre fonderie de caractère française. Véritable érudit d’écriture et de poésie, il nous livre, non sans émotions, son rapport particulier avec les mots et les lettres. Ce conteur invétéré nous transmet le temps d’une soirée sa vision quasi centenaire de l’invasion typographique.

Jérôme Peignot ne se définit pas comme un spécialiste de la typographie, mais uniquement comme un écrivain. C’est à ce titre qu’il nous parle dans un premier temps de l’écriture. Allergique aux ordinateurs, il affirme n’écrire qu’à la plume. Il met par ailleurs un point d’honneur à accorder dans ses œuvres autant d’importance à la mise en page qu’à la graphie.

Comme il aime nous le dire “Soulever le sujet de l’écriture, c’est s’en prendre à l’humanité”. Un retour sur l’histoire de l’écriture paraissait donc indispensable. Pour commencer, une précision s’impose : langages et écritures sont à distinguer. Il existe 6000 langues et 400 écritures. Mais qu’est ce que l’écriture ? Selon Jérôme Peignot, l’écriture a pris plusieurs formes, passant par les hiéroglyphes, les pictogrammes, l’écriture cunéiforme, les idéogrammes ou encore l’écriture syllabique. Au fil du temps, et à cause de leur rapport avec le support, l’écriture que nous connaissons aujourd’hui s’est rendue abstraite avec la création de l’alphabet.

Creativedrinkup5_AlineRollin

Sur la question de la création de l’alphabet, notre invité tient une théorie qui lui a valu d’être brimé par de nombreux savants. Il a en effet soutenu dans un de ses livres que ce ne sont pas les Phéniciens qui ont découvert l’alphabet mais les Juifs. Ainsi, pour Peignot, les tables de la Loi et l’alphabet ne font qu’un ! Malgré une démonstration dans son livre s’appuyant sur de véritables recherches, ses dires n’ont eu à l’époque aucun écho : son éditeur a refusé de publier son livre et les savants n’ont accordé aucun crédit à sa thèse.

Pour en revenir à l’évolution de l’écriture, suite à la création de l’alphabet, Peignot note un retour au concret avec notamment le Calligramme. Il démontre d’ailleurs dans son traité du Calligramme que tous les calligrammes font référence à des textes sacrés. La boucle est ainsi bouclée.

Jérôme Peignot a crée une forme de poésie visuelle qu’il a nommé Typoésie. Selon lui, il n’y a pas de typographie sans poésie, mais il n’y a pas de poésie sans typographie. Derrière ce processus créatif, Peignot a trouvé son équilibre en alliant l’écriture, mais aussi la lecture au corps. Il admet l’existence pour lui d’une sorte de jouissance physique de l’écriture.

Ainsi, lorsqu’il observe des caractères comme celui crée par Dürer ou Philippe Grandjean, Peignot ne peut cacher une certaine déplaisance. Ces caractères ont en effet été crées par des lois mathématiques, or selon Peignot, un caractère qui ne se réfère pas à la main ne peut pas avoir de vie. Cela vaut également pour les caractères cherchant avant toute chose un succès commercial.

CreativeDrinkup5_1

Certains caractères ont ponctué la vie de Jérôme Peignot. Au travers de ses récits, il nous fait revivre l’histoire de ces caractères.

L’histoire singulière du caractère Baskerville a marqué la vie de notre écrivain. Les poinçons de Baskerville ont acquis au fil de mésaventures une valeur précieuse aux yeux des Français mais aussi des Anglais. Trouvés par hasard par le père de Jérôme Peignot à la fin de la seconde guerre mondiale, ils ont servi à remercier le roi Georges VI d’avoir accueilli le gouvernement de la France libre à Londres : La liberté contre une poignée de poinçons de caractère (article de Peignot).

Le caractère Peignot, qui devait à l’origine prendre le nom du grand-père Georges Peignot, a été utilisé pour la première fois pour retranscrire les phrases du poète et philosophe Paul Valery sur l’édifice de l’exposition de 1937. Cette écriture a la particularité d’être une onciale. L’onciale est à l’origine une écriture religieuse. Mais c’est ce lien particulier avec la religion chrétienne qui a entraîné depuis sa disparition, au grand désarrois de notre écrivain.

Peignot voue une réelle admiration pour le travail de son ami, le très célèbre typographe Cassandre. Ce dernier a su créer 2 caractères d’exception : le Cassandre et le Bifur. C’est en croisant les bras et en fermant les yeux que Cassandre a su se rendre maître de la contreforme. Il lui suffit d’imaginer le vide intérieur puis le vide extérieur pour mettre en forme ses caractères. Ce vide est enfin complété par l’imaginaire du public.

Du Peignot est né le caractère Touraine. Ce caractère a été utilisé par le frère de Jérôme pour faire la publicité de la fonderie. Il a également utilisé dans ses créations le caractère Univers. Un caractère crée par Frutiger, que notre écrivain rejette tout particulièrement. Il n’accepte pas l’idée qu’un caractère n’ait d’ambitions que commerciales.

Peignot a un attrait particulier pour le Garamond, une écriture toute en ligature qu’il qualifie tout simplement de “belle”. Il défend encore et toujours l’écriture à empâtements et les caractères ligaturés qui se heurtent à la modernité des caractères comme l’Univers ou le Helvética. Il nous livre une vision bien sombre de ce que pourrait être un monde sans ligature : “La suppression des ligatures entraîne la suppression des mots, et la suppression des mots appauvrie la langue.”. Selon lui, le non-enseignement de la typographie amène à la désaffection de la lecture. Réticent aux ordinateurs, Peignot accorde tout de même un certain crédit aux personnes l’utilisant, à condition qu’elles aient reçu un enseignement typographique.

CreativeDrinkup5_2

Dans la deuxième partie de la présentation, Peignot rentre dans le vif du sujet en abordant le sujet de la Typoésie. Il part du constat que poésie et typographie sont indissociables. Peignot prend plaisir à nous présenter les poèmes, palindromes, jeux de mots et de formes des auteurs tels que Gomringer, pionnier de la poésie visuelle, Tom Ockerse, Alan Tiddell, Michel Leiris, etc. Plus ces oeuvres sont sobres, plus elles sont fortes. Cette sobriété, c’est ce qui manque selon Peignot à la publicité actuelle. Il est vrai, qu’on ne peut qu’être absorbé par l’intelligence des typoèmes, ressemblant pour certains à de véritables œuvres d’art.

Peignot nous présente enfin son œuvre personnelle : Typoèmes. Une œuvre dont il tire toute sa fierté sans s’en attribuer le mérite. Comme il le dit, il n’a fait que répondre à l’appel de la langue. Il fait ainsi défiler ses typoèmes drôles, touchants, ironiques, jouant avec les caractères et les formes. Grâce à ses typoèmes, Peignot réussi même à conter une histoire. Toutes les pommes se croquent raconte ainsi une histoire d’amour presque ordinaire entièrement écrite en typoèmes.

Jérôme Peignot conclut cette cinquième Creative Drink Up par une présentation de l’intégralité de ses œuvres. Parfois censuré ou discrédité par ses éditeurs, Jérôme Peignot n’a pour autant jamais cessé d’écrire. Cette collection illustre d’ailleurs à merveille la vie de notre écrivain. Finalement, comme il le dit si bien : “La seule écriture qui compte, c’est l’écriture de sa vie.”

inspiration, typographie

Participez à la discussion