Creative Connection

Visitez la Namibie avec Lightroom Mobile et la photographe Erin Sullivan

C’est en répondant à un message de dernière minute sur Facebook qu’Erin Sullivan, alias Erin Outdoors, s’est retrouvée embarquée à bord d’un vol pour la Namibie, en Afrique. Lorsque Colby Brown, un autre photographe, a demandé si quelqu’un voulait se joindre à lui pour ce voyage, Erin n’a pas hésité une seconde. « La Namibie était l’un des pays que je rêvais de visiter : je voulais découvrir ses incroyables dunes de sable, sa faune et ses cultures fascinantes », explique-t-elle. Ce voyage était pour elle une occasion rêvée.

Lorsque vous regardez la page Instagram d’Erin, vous êtes submergé d’images de lions en train de jouer, de papillons multicolores et d’ours énormes. Pour Erin, qui a toujours aimé les animaux, le contact avec la faune constitue une expérience spirituelle. « Ce qui m’intéresse, c’est de transmettre une émotion », déclare-t-elle. « C’est l’une des choses que je préfère et l’un de mes plus grands défis. J’aime capturer un instant fugace, comme un petit rejoignant sa mère, un éléphant s’aspergeant de poussière ou un lion s’arrêtant pour regarder derrière lui avant de reprendre son chemin à travers les acacias. » Elle se sent toujours honorée lorsque des animaux la laissent pénétrer dans leur espace pour partager leur histoire avec elle.

 

Éthique de la photographie de voyage

Bien qu’Erin soit souvent en déplacement, elle met toujours un point d’honneur à ne pas exploiter les personnes, les cultures ou les animaux qu’elle rencontre. « Nous sommes de simples visiteurs », affirme-t-elle au sujet des responsabilités éthiques des photographes de voyage. « Nous devons garder cela à l’esprit. Ce n’est pas parce que vous avez un appareil photo que vous avez le droit de tout faire, y compris des photos. » Les voyageurs doivent adopter un comportement respectueux partout où ils se rendent, en tenant compte des coutumes et traditions des lieux qu’ils visitent.

« Tout d’abord, nous devons faire des recherches sur l’histoire des lieux que nous visitons, surtout dans un contexte touristique », déclare Erin, consciente que le tourisme et la photographie ont contribué à l’exploitation des cultures, des terres et de la faune. « En tant que photographes, nous devons nous demander si nous POUVONS prendre la photo que nous voulons faire. » Elle développe ce sujet en explorant des questions plus percutantes sur l’éthique de la photographie dans cet article de blog.

 

Principaux conseils d’Erin pour utiliser Lightroom Mobile

Comme Erin voyage souvent, elle a impérativement besoin d’un workflow mobile. « Étant donné que je suis active sur les réseaux sociaux et que je les utilise pour la photographie et le blogging, il est important pour moi de publier des articles assez fréquemment (à condition d’avoir accès au Wi-Fi !) », explique-t-elle. Les fonctions d’édition pour mobiles lui permettent d’effectuer des retouches rapides et de rédiger des articles à la volée pendant ses déplacements.

Voici les cinq principaux conseils d’Erin sur Lightroom Mobile :

  1. Utiliser l’histogramme. L’histogramme peut servir de deuxième paire d’yeux pour traiter les tons clairs et foncés. J’effectue souvent des retouches dans différentes conditions d’éclairage – à l’extérieur en plein soleil ou à l’intérieur, avec d’étranges lumières. L’histogramme m’aide à vérifier que ma composition tons clairs/foncés est conforme à ce que je cherche.
  2. Accentuer les tons foncés pour élargir la plage dynamique. Mes sujets se trouvent parfois dans l’ombre. Pour révéler les détails, j’accentue les tons foncés. Tant que vous photographiez au format RAW, cette technique devrait vous permettre de faire ressortir de nombreux détails des parties sombres. Pour créer du contraste dans les zones d’ombre, vous pouvez ensuite atténuer légèrement les noirs.
  3. Changer les couleurs. Pour mettre en évidence un sujet ou une partie de l’image, je peux augmenter (ou diminuer) la saturation et/ou la luminance de certaines couleurs.
  4. Utiliser l’outil Sélection pour les visages, les yeux et d’autres parties. C’est l’outil idéal pour faire ressortir les yeux dans la photographie animalière ou accentuer des tons foncés dans les visages ou d’autres parties de l’image.
  5. Utiliser une vignette discrète pour mettre en évidence le sujet. J’évite de le faire de façon trop marquée, mais une vignette discrète peut s’avérer utile pour les sujets situés au milieu de votre photo.

Leçons tirées de ce voyage

Tout au long de ce voyage, Erin a évolué dans un environnement qui lui était inconnu. « Cela m’a rappelé l’importance du jeu », explique-t-elle. N’ayant jamais photographié ce type de paysages désertiques, ni effectué de safari durant la saison sèche, elle s’est laissé la possibilité de faire des essais. En tant que créative, elle a pu élargir ses compétences en testant de nouvelles techniques de post-traitement.

Erin aurait apprécié qu’on lui donne le conseil suivant au début de sa carrière : « Ne vous préoccupez pas de ce que les autres peuvent penser et ne vous prenez jamais trop au sérieux ! Faites des essais. La vie est une vaste chasse au trésor et en ne prenant aucun risque, vous ne trouverez jamais rien. »

Pour en savoir plus sur le travail d’Erin Sullivan, consultez son blog et suivez-la sur Instagram.

photographie de voyage, retouche photo

Join the discussion