En 2007, Chris Messina n’aurait jamais pu prédire que sa petite idée de hash­tag se propagerait comme une traînée de poudre de Twit­ter à Insta­gram, tum­blr, Pin­ter­est et main­tenant Facebook.

Dans une annonce récente, Face­book déclarait que « … les hash­tags seront cli­quables sur Face­book…, afin de pou­voir ajouter du con­texte à une pub­li­ca­tion ou d’indiquer que celle-ci s’intègre dans une dis­cus­sion à plus grande échelle. Lorsque vous cliquez sur un hash­tag dans Face­book, un fil d’actualité inclu­ant ce que d’autres per­son­nes et pages dis­ent à ce sujet s’affiche. »

Von „memegenerator.net“

Via memegen​er​a​tor​.net

Cette évolu­tion est intéres­sante pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les spé­cial­istes du mar­ket­ing s’efforcent depuis longtemps de suivre les con­ser­va­tions sur cette plate-forme en dehors de leur page de mar­que. Ceci leur per­me­t­tra peut-être d’écouter ce qui se dit sur leurs pro­duits et ser­vices, d’en faire le suivi et d’interagir.

En sec­ond lieu, ceci per­met à Face­book de pré­ten­dre à une par­tie des con­sid­érables bud­gets TV dont dis­posent les mar­ques. Les dépenses pub­lic­i­taires sur les réseaux soci­aux représen­tent tou­jours une moyenne de 2 à 5 % et Face­book, en s’appuyant sur les sta­tis­tiques rel­a­tives aux men­tions sur la plate-forme pen­dant les dif­fu­sions de Game of Thrones et de la soirée des Oscars™, y voit claire­ment un moyen de s’accorder une plus grosse part du gâteau.

Enfin, et sans doute surtout, cela uni­fie la sphère sociale. Je me plais à imag­iner Mme Sand­berg se pen­chant vers M. Zuckerberg pour lui dire « Mark, saviez-vous que vous ne pou­vez pas cli­quer sur un hash­tag sur Face­book ? » et Mark de lui répon­dre « Oh oui, je crois que c’est quelque part dans ma liste des tâches… ».

Pour l’instant, seuls quelques util­isa­teurs ont accès à cette fonc­tion, sur leur ordi­na­teur unique­ment. Les hash­tags cli­quables ouvriront un fil d’actualité con­textuel de pub­li­ca­tions men­tion­nant le même hash­tag, y com­pris les pub­li­ca­tions d’utilisateurs publics et de marques.

Quel en est l’intérêt pour les spé­cial­istes du mar­ket­ing à l’avenir ? Serons-nous en mesure de pro­mou­voir les ten­dances ou de spon­soriser les hash­tags comme sur Twit­ter ? Selon vous, où cela nous mènera-t-il ?