Blog Post:TW_earlybird_extended Ces dernières années, le secteur du marketing a pris les allures d'une véritable locomotive à vapeur, obligeant les spécialistes à explorer des territoires inconnus pour optimiser les réseaux sociaux, le contenu web, les médias, etc. Pour eux, cette révolution numérique n'a pas été chose facile Comment allaient-ils la gérer et mesurer son efficacité ? Qui allait pouvoir piloter cette machine ? Selon une étude récente menée par Adobe, 76 % des spécialistes du marketing estiment que le secteur a davantage évolué au cours des deux dernières années que pendant les cinq précédentes, et moins de la moitié d'entre eux maîtrisent réellement l'univers numérique. Le secteur est nourri par une quête insatiable de performances, où tous les moyens permettant d'ouvrir la voie au marketing numérique sont envisagés. Adobe, en partenariat avec Econsultancy, a récemment lancé une enquête mondiale auprès de plus de 2500 professionnels du marketing et de l'Internet, dans l'espoir de mieux comprendre les priorités des entreprises et agences pour l'année 2014. Résultat ? Un rapport détaillé de 60 pages sur le marketing et le commerce électronique soulignant les tendances clés, problématiques et opportunités liées au marketing numérique et couvrant divers aspects tels que l'optimisation de l'expérience client, du marketing mobile et multicanal et des e-mails. Voici un aperçu de ce rapport : Ce rapport devrait nous aider à mieux comprendre l'état d'esprit, les besoins et les préoccupations des professionnels du marketing par rapport à l'évolution des technologies, des processus et de la société. J'espère pouvoir poursuivre cette discussion avec vous tout au long de l'année 2014. L'aventure du marketing numérique ne fait que commencer. Nous ne devons jamais cesser de nous améliorer. Pour télécharger le rapport complet d'Econsultancy et d'Adobe sur les tendances du numérique en 2014, cliquez ici. @mrzablan Author: Date Created:3 mars 2014 Date Published: Headline:Les tendances du marketing numérique pour 2014 vues par les spécialistes du secteur Social Counts: Keywords: Publisher:Adobe Image:http://blogs.adobe.com/digitaleurope/files/2014/03/71.png

TW_earlybird_extended

Ces dernières années, le secteur du mar­ket­ing a pris les allures d’une véri­ta­ble loco­mo­tive à vapeur, oblig­eant les spé­cial­istes à explorer des ter­ri­toires incon­nus pour opti­miser les réseaux soci­aux, le con­tenu web, les médias, etc.

Pour eux, cette révo­lu­tion numérique n’a pas été chose facile Com­ment allaient-ils la gérer et mesurer son effi­cac­ité ? Qui allait pou­voir piloter cette machine ? Selon une étude récente menée par Adobe, 76 % des spé­cial­istes du mar­ket­ing esti­ment que le secteur a davan­tage évolué au cours des deux dernières années que pen­dant les cinq précé­dentes, et moins de la moitié d’entre eux maîtrisent réelle­ment l’univers numérique.

Le secteur est nourri par une quête insa­tiable de per­for­mances, où tous les moyens per­me­t­tant d’ouvrir la voie au mar­ket­ing numérique sont envisagés.

Adobe, en parte­nar­iat avec Econ­sul­tancy, a récem­ment lancé une enquête mon­di­ale auprès de plus de 2500 pro­fes­sion­nels du mar­ket­ing et de l’Internet, dans l’espoir de mieux com­pren­dre les pri­or­ités des entre­prises et agences pour l’année 2014.

Résul­tat ? Un rap­port détaillé de 60 pages sur le mar­ket­ing et le com­merce élec­tron­ique soulig­nant les ten­dances clés, prob­lé­ma­tiques et oppor­tu­nités liées au mar­ket­ing numérique et cou­vrant divers aspects tels que l’optimisation de l’expérience client, du mar­ket­ing mobile et mul­ti­canal et des e-mails.

Voici un aperçu de ce rapport :

  • En 2014, l’expérience du client est la prin­ci­pale moti­va­tion des experts mar­ket­ing, avant le con­tenu et le mar­ket­ing mobile.
  • Dans le secteur B2B, le con­tenu mar­ket­ing est roi. Pour les spé­cial­istes B2C, le con­tenu mobile reste toute­fois la pri­or­ité absolue.
  • 2014 est l’année de l’expérimentation et de la flex­i­bil­ité. Votre cul­ture d’entreprise suscite-t-elle la peur de l’échec ? Pour nom­bre d’entreprises, l’incapacité à tester, maîtriser et remanier une approche con­stitue un véri­ta­ble frein à la réus­site numérique.
  • Les attentes des clients devan­cent les inno­va­tions des entre­prises. Ce sont claire­ment les clients qui mènent le jeu. Sans par­ler de la néces­sité d’attirer leur atten­tion, il est de plus en plus dif­fi­cile de les fidéliser compte tenu de la quan­tité d’informations et d’offres per­son­nal­isées émanant d’autres marques.
  • Le rôle des e-mails doit évoluer pour toucher la généra­tion Y. Plus de 90 % des entre­prises utilisent les e-mails pour dif­fuser effi­cace­ment et à moin­dre coût leurs actu­al­ités et com­mu­ni­quer de manière per­son­nal­isée. Toute­fois, le débat sur l’efficacité de ce canal pour cibler le pub­lic plus jeune des réseaux soci­aux se poursuit.
  • La tech­nolo­gie garan­tit une dif­fu­sion pub­lic­i­taire effi­cace et instan­ta­née dans un con­texte où l’achat de médias a tou­jours été chao­tique. Face au ralen­tisse­ment de l’efficacité de la pub­lic­ité télévi­suelle, les mar­ques doivent être à même de cibler rapi­de­ment un large pub­lic com­posé des bonnes per­son­nes, dont les orig­ines diffèrent.
  • Les spé­cial­istes du mar­ket­ing doivent s’efforcer de trou­ver un juste équili­bre entre les extrêmes. Plus que jamais, le mar­ket­ing con­jugue art et sci­ence. Les ingénieurs à l’esprit logique qui imposeront les tech­nolo­gies à leurs équipes mar­ket­ing sont donc tout aussi indis­pens­ables que les génies de la créa­tion. La sup­pres­sion des cloi­son­nements organ­i­sa­tion­nels et la recherche d’un équili­bre entre ces deux extrêmes restent un véri­ta­ble défi.
  • Les entre­prises cherchent à har­moniser l’expérience et la trans­mis­sion de mes­sages mul­ti­canaux. Face aux évo­lu­tions tech­nologiques, les canaux mar­ket­ing se mul­ti­plient ; Vine, Pin­ter­est, Insta­gram, Tum­blr et d’autres con­nais­sent d’ailleurs une forte pop­u­lar­ité. La ges­tion cohérente de ces divers canaux est dev­enue un impératif pour les spé­cial­istes du marketing.
  • Les ter­minaux mobiles pri­ment : le temps des ater­moiements est défini­tive­ment révolu. Face à l’adoption mas­sive des tablettes, smart­phones et autres tech­nolo­gies por­ta­tives, les entre­prises vont claire­ment con­tin­uer à priv­ilégier le canal mobile. En 2014, elles vont devoir redou­bler d’efforts pour améliorer les expéri­ences mobiles et cerner les pra­tiques de leurs clients.
  • Les straté­gies ori­en­tées con­tenus, ter­minaux mobiles et réseaux soci­aux vont devenir la règle. Si la majeure par­tie des experts mar­ket­ing savent qu’il est indis­pens­able d’améliorer l’expérience du client, la plu­part des entre­prises con­tin­u­ent, elles, de rassem­bler les out­ils néces­saires pour créer un con­tenu adapté. Les tech­nolo­gies mar­ket­ing étant désor­mais acces­si­bles via un ensem­ble de solu­tions plus inté­grées, la valeur ajoutée de ces fonc­tions devrait aug­menter au cours de l’année à venir.

Ce rap­port devrait nous aider à mieux com­pren­dre l’état d’esprit, les besoins et les préoc­cu­pa­tions des pro­fes­sion­nels du mar­ket­ing par rap­port à l’évolution des tech­nolo­gies, des proces­sus et de la société. J’espère pou­voir pour­suivre cette dis­cus­sion avec vous tout au long de l’année 2014. L’aventure du mar­ket­ing numérique ne fait que com­mencer. Nous ne devons jamais cesser de nous améliorer.

Pour télécharger le rap­port com­plet d’Econsultancy et d’Adobe sur les ten­dances du numérique en 2014, cliquez ici.

@mrzablan