Creative Connection

10 novembre 2016 /inspiration /

Au MAX dans surfcity

Article rédigé par notre reporter Olivier Saint-Léger.

Participer à Max est une chance pour les créatifs : cet événement réserve toujours de nombreuses et belles surprises. D’ailleurs, je ne suis pas le seul à le penser puisque cette année nous étions près de 10.000 à participer à un MAX placé sous le signe du soleil, de la mer et… du surf. En ayant migré à San Diego, difficile en effet de ne pas voir des boards un peu partout (et on comprend pourquoi dès que l’on sort du downtown pour aller jeter un oeil sur les plages environnantes).

max-1

Day 0. Comme pour les années précédentes, la veille de l’ouverture officielle, un petit photowalk nous était proposé  dans le downtown San Diego. Si l’environnement est moins « scénique » que Los Angeles, quelques mannequins nous étaient réservés et c’est avec amusement qu’ils se sont laissés capturer par une soixantaine de photographes amateurs survoltés. Pour ma part, cette année pas de billet ici car j’ai retenu le support Spark Page pour mes quelques photos. Je trouve que la façon de construire une histoire avec ce soft est particulièrement séduisante (j’avais déjà fait un test l’an passé à Los Angeles avec une série de nuit à voir ici https://spark.adobe.com/page/FJs3T/ et quelques autres essais comme https://spark.adobe.com/page/2XONRMzGeWKzL/ ou https://spark.adobe.com/page/vFPnN/).

max-2
Day 1. Premier jour, premier keynote d’ouverture avec l’intervention de Shantanu Narrayen qui est revenu bien sur le rôle central de la créativité dans notre société et pour les entreprises qui doivent gérer toujours plus de contenus de qualité. Mais, en ce qui me concerne, la grande surprise est apparue lorsque le CEO a intronisé Adobe Sensei en quelques phrases. Quid de Sensei ? A mon sens, rien de moins que le futur des nouvelles fondations d’Adobe, à savoir un framework qui repose sur l’intelligence artificielle, l’automatisation, le machine learning. Même s’il y a encore peu d’éléments sur lesquels s’appuyer, il semblerait que l’objectif de cette plateforme fonctionnant en back-office soit d’optimiser globalement la manière de travailler des utilisateurs du Cloud Adobe. Enfin devrait-on dire des clouds. Car justement, l’intérêt de Sensei est d’être transversal et de fonctionner avec Creative Cloud, Adobe Document Cloud et Adobe Marketing Cloud. Logique, dans la mesure où tous les univers créatifs et marketing ont fortement tendance à se rapprocher. Les bénéfices de Sensei sont multiples et nous avons eu l’occasion de percevoir certains exemples, notamment dans quelques apps des Sneak Peeks qui semblent exploiter une forme « d’intelligence » en back-office en terme de recherche ou de recommandations, par exemple. Plus globalement, en s’appuyant sur des données massives, Sensei devrait permettre de mieux connaitre nos usages, et donc nous aider par le biais de recommandations adaptées à nos besoins. De la même façon, on peut imaginer que l’analyse de données de marché pourrait servir à aider un créatif à être plus pertinent en fonction d’un segment cible, par exemple. Mais Sensei ne doit sans doute pas s’arrêter là puisqu’il devrait également servir une quantité faramineuse de fonctions. Un premier article d’Abhay Parasnis, VP et CTO Adobe, à lire ici donne quelques pistes de réflexion sur ce que Sensei nous apportera à terme.

De façon plus pragmatique, cette première keynote était également l’occasion de délivrer les nouveautés phares de Creative Cloud. Inutile de refaire ce qui a été très bien fait par mes camarades de voyage, je vous renvoie ici directement sur la production de Geoffrey, Olivier et Fabien (aka MrCup) pour plus de détails sur les principales nouveautés Photoshop, XD, le Project Felix et autres ! (https://graphism.fr/projets/max16/)

Pour ma part, j’ai retenu la montée en puissance de la gamme Adobe Spark qui, à terme, devrait jouer un rôle assez important. C’est en tout cas ce que Thibault (@thibault_imbert) a eu l’occasion nous expliquer lors de notre deuxième live (à partir de la 35e minute https://www.facebook.com/AdobeFrance/videos/1424049887612658/?scid=social67556316&adbid=794562599778066432&adbpl=tw&adbpr=47614318). En substance, Adobe Spark (Post, Video et Page) permet de publier très simplement des images, des vidéos ou des mini-sites. Si ces apps peuvent être utilisées par les utilisateurs finaux, Adobe vise également avec Spark toutes les petites entreprises souhaitant communiquer facilement vers leurs clients, que ce soit en direct ou sur les réseaux sociaux (avec notamment un proposition automatique de formats). Il y a donc fort à parier que des évolutions prochaines intègrent des fonctions un peu plus marketing avec le support, pourquoi pas, de la plateforme Sensei. Globalement, Adobe Spark pourrait donc devenir la gamme orientée SOHO et PME faisant naturellement le lien entre l’univers créatif et l’environnement marketing. A suivre.

max-4

Day 2. Place à l’inspiration pour la keynote du second jour ! Entre Zac Posen, le créateur à la robe de princesse électrique aperçue sur scène et Janet Echelman, la femme au filet (http://max.adobe.com/speakers/), j’avoue avoir été impressionné par Linsey Addario, une reporter photographe de guerre qui a beaucoup œuvré au Moyen-Orient et en Afrique, et qui a été retenue en otage lors du conflit libyen. Une belle leçon de courage pour une profession loin du strass et des paillettes… et que personnellement j’ai toujours rêvé de faire. Quant à l’intervention de Quentin Tarantino…

max-5

max-6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

max-7

And now, les Sneak Peeks ! Là encore, je ne vais pas m’étendre sur l’intégralité des Sneak présentés ce jour-là car mes acolytes de voyage l’ont très bien fait ici. Je vais juste évoquer les trois projets qui m’ont particulièrement enthousiasmé. CloverVR, tout d’abord, qui permet de réaliser des montages vidéo 360 dans un environnement en réalité virtuelle. Voilà une innovation qui permet au monteur d’adopter un point de vue quasi réel à ce format qu’il est presque impossible de travailler en 2D, dans une timeline traditionnelle. Concept Canvas, ensuite, permet lui de rechercher des images dans Photoshop (et pourquoi pas à terme d’autres applications) sur la base de mots clés et de dessins de compositions. Concept Canvas va ensuite fouiller dans Stock pour identifier et proposer des images correspondant au modèle grossièrement dessiné par l’utilisateur. Impressionnant (et on imagine déjà la patte de Sensei en back-office). Enfin le dernier projet est bien entendu Voco, que l’on surnomme à tord le Photoshop du son (appellation qui serait plutôt appropriée à Audition). Voco sera, on l’espère en tout cas, une extension dont la fonction est d’analyser une séquence vocale, d’en extraire facilement le vocable pour ensuite le manipuler en reconstituant, par exemple, une nouvelle phrase. Plus encore, après analyse d’une empreinte vocale (un speech de 20 minutes environ), VoCo est capable de recréer mots et intonations pour construire une séquence vocale. Impressionnant. Tellement, d’ailleurs, que son concepteur Zeyu Jin envisage de travailler sur un watermark afin d’éviter les manipulations hasardeuses… (https://www.youtube.com/watch?v=I3l4XLZ59iw)

De façon plus traditionnelle, MAX a aussi son pavillon d’exposants et son lots de geeks (https://spark.adobe.com/page/Jo11aLCUoSMrZ/). Cette édition 2016 était d’ailleurs teintée à part égale d’ambiances high tech et analogique, notamment avec de très nombreux stands dédiés à l’univers du papier.

Et comme dans le village gaulois, MAX termine toujours par une soirée, que je vous laisse découvrir dans un dernier billet Spark Page ici.

A l’année prochaine pour une autre édition de MAX qui se déroulera a priori de nouveau à San Diego, la capitale du surf !

Résumé des liens externes.

Site de Geoffrey avec la participation d’Olivier Huard et Fabien Barral aka MrCup : https://graphism.fr/projets/max16/

Live 1 : https://www.facebook.com/AdobeFrance/posts/1422901151060865?scid=social67516766&adbid=794209972905086976&adbpl=tw&adbpr=47614318

Live 2 : https://www.facebook.com/AdobeFrance/videos/1424049887612658/?scid=social67556316&adbid=794562599778066432&adbpl=tw&adbpr=47614318

Les différents Spark Page

Geeks
Geeks

OlivierSaintLeger1-150x150

 

Olivier Saint Leger
Durant 20 ans, Olivier a tra­vaillé pour les plus grands titres de la presse IT française. Au début des années 90, il rejoint les pio­nniers du Web et se spé­cialise dans les NTIC. Il écrit et traduit plusieurs ouvrages, fonde une web agency ainsi qu’une agence de presse, et lance le pre­mier mag­a­zine Inter­net français (Web//Master), suivi quelques années plus tard de .Net­pro. Ses sujets de prédilec­tion sont l’influence et la trans­for­ma­tion dig­i­tale. Sur Twit­ter : @saintleger

inspiration

Participez à la discussion