Adobe Systems Creative Connection

Design, l’art de l’expérience selon Jean-Louis Fréchin

Ah, l’expérience utilisateur ! Elle est sur toutes les lèvres. Dans tous les esprits. Au cœur de tous les projets. C’est en théorie le sésame synonyme de réussite. Pourtant, l’UX est encore trop souvent vue avec une rigueur (une froideur) scientifique qui s’éloigne toujours un peu plus de l’émotion. Mais l’émotion c’est l’homme !

Alors, non, l’expérience n’est pas seulement la somme des événements et des fonctions proposés à un utilisateur. C’est aussi un rapport esthétique qui fait toute la différence avec des considérations purement ergonomiques. Le numérique est investi de méthodes unifiées, mondiales, identiques. Il n’y a pas de création de différence par la culture. À l’arrivée, les tensions entre émotion et raison n’existent plus. Malgré tout, les technologies peuvent être émotionnelles, émouvantes, poétiques, surprenantes, autrement dit posséder des caractéristiques qu’on ne donne jamais à ces outils.

Finalement, l’expérience devrait être l’esthétique de l’usage. Car cette expérience, nous la souhaitons tous à la fois belle et émotionnelle, et pas uniquement fonctionnelle.

Pour débattre sur le « design comme art de l’expérience », nous avons l’immense plaisir de recevoir notre ami Jean Louis Frechin, designer et architecte français spécialisé dans le design numérique et l’innovation.

crédits : graphism.fr

 

Avec enthousiasme, Jean-Louis débute par un petit rappel à son auditoire : “Le numérique n’est pas le point zéro de la créativité”. Après un bref historique sur le courant du Bauhaus et sa révolution sur la conception de l’esthétisme au XXème siècle, Jean-Louis évoque sa perception du terme “numérique” et la mutation qui a un impact sur nos vies.

“Le numérique est la conséquence et le déterminisme des technologies sur nos vies, plus qu’une technologie…”

Les modèles établis sont bouleversés par le “numérique” qui est un changement d’âge et non un âge de changement : nouveau modèle social, modèle de valeurs, de création et économique.

Il revient sur l’origine italienne du mot Design : Disegno, incandescence d’une oeuvre et la manière dont on l’exécute – qui a une importance cruciale sur nos métiers actuels.

La culture française a scindé le “Design” en deux approches : dessein et dessin.

 

“L’innovation =à la fois l’imagination & la proposition de faire”pr @nodesign on ne peut pas séparer le dessein & le dessin #CreativeDrinkUp

— Agathe Bougon (@agathe_bougon) 31 mai 2016

 

Cet héritage s’est renforcé dans le monde du numérique qui distingue les techniciens des concepteurs à la différence des pays comme l’Allemagne, le Japon ou les Etats-Unis. Aujourd’hui, en France, le design n’est pas perçu à sa juste valeur malgré son émergence.

“Les objets participent au rayonnement &à la valorisation d’un pays &des savoir-faire” Les créatifs ont 1 mission @nodesign #CreativeDrinkUp

— Agathe Bougon (@agathe_bougon) 31 mai 2016

 

Design : L’art d’imaginer des objets, des services et des situations utiles et poetiques #creativedrinkup pic.twitter.com/yKIxBSWwec

— Jacinthe Busson (@jacinthe_) 31 mai 2016

 

 

Jean-Louis explique sa perception du métier, sa vision du design et commence à aborder ces différents projets commercialisés ou expérimentaux avec sa société NoDesign :

Parrot Zik 2.0 App

 

 

Exposition Electrosound

 

Pour conclure, Jean-Louis Frechin pense que la France n’a toujours pas eu sa DS Française dans le numérique et espère la voir prochainement. Il termine sa passionnante intervention avec une phrase à méditer :

“Le Design est la quête éternelle de l’homme de sortir la beauté de la nécessité…”

La phrase de clôture ….#CreativeDrinkUp merci pour ce passionnant discourt @nodesign pic.twitter.com/XTWblo0FUA

— Piquesel (@huard_olivier) 31 mai 2016

 

Visionnez l’intégralité de la soirée sur notre chaîne YouTube :