Creative Connection

4 mai 2018 /inspiration /

Escale créative à Rio de Janeiro

Bem-vindo ao Rio de Janeiro, troisième volet de notre série « Escale créative ». Cette fois-ci, nous avons posé nos valises au sud de l’équateur pour découvrir toute la richesse de la culture brésilienne dans cette ville aussi colorée que son célèbre carnaval.

Rio de Janeiro, Brésil

Lorsque quelqu’un dit « Rio », des images du Christ Rédempteur les bras grand ouverts, de plages immenses et des costumes colorés du carnaval envahissent notre esprit. Mais au-delà des paillettes et de la magnificence, la culture du Brésil transparaît aussi dans l’art. Rio de Janeiro fait partie de ces villes qui célèbrent le « street art » ; les fresques et graffitis qui habillent les murs racontent des événements historiques et évoquent les difficultés sociales. Nous allons nous intéresser à trois artistes brésiliens qui ont insufflé un vent de modernité à leurs culture et traditions.

Ana Carolina Fernandes – Photographe

À l’âge de 19 ans, Ana Carolina Fernandes est devenue photojournaliste pour le journal O Globo. Depuis, son style a évolué. Elle ne se contente plus de suivre les festivals de théâtre et de cinéma : elle rédige des essais personnels et documente les manifestations de rue qui animent la ville de Rio. « En tant que photojournaliste, je m’intéresse avant tout aux questions sociales et tente, au travers de mes photos, de donner voix à ceux qui n’ont pas la possibilité de se faire entendre », déclare-t-elle.

Red Light Room. « Depuis 2012, je photographie une communauté transgenre. Mon objectif est de révéler la beauté et la sensualité d’un corps à la fois masculin et féminin. La série illustre la quête permanente d’identité et de bonheur, deux concepts auxquels nous adhérons tous, indépendamment de notre genre, de notre sexualité ou de notre classe sociale. »

Blue as the Sea.« J’ai pris cette photo dans le parc national Prainha de Rio. Son nom est tiré d’une célèbre chanson brésilienne. Dans cette image, je tenais absolument à préserver l’intégrité des bleus. »

Bate-bola. « J’ai pris cette photo cette année [2018], à l’occasion du carnaval traditionnel Clóvis célébré dans les quartiers périphériques. Avec Photoshop, j’ai ajouté du bruit pour donner à l’image une dimension cinématographique et renforcer l’intensité des blancs et des noirs. »

Trucs, astuces et conseils d’Ana Carolina : « Si, en tant que photojournaliste, je ne fais pas un gros travail de transformation afin de préserver l’intégrité de mes photos, j’apprécie toutefois de pouvoir accentuer les couleurs ou le contraste pour mieux représenter la réalité de la scène. »

Marcelo Monreal – Retoucheur photographique

Marcelo Monreal a commencé à utiliser Photoshop en travaillant pour un studio qui créait des étiquettes pour des entreprises de l’industrie textile. Malgré quelques difficultés à ses débuts, il a vite apprécié les possibilités illimitées offertes par l’outil. Son projet actuel, « Faces UN Bonded », est lié à un souvenir d’enfance : « Un jour, ma mère m’a dit de ne pas courir si vite car je risquais de tomber. Je lui ai alors demandé de quoi étaient faits les gens. Elle a souri et m’a répondu qu’ils étaient faits de fleurs. » L’idée de créer des visages découpés exprimant une douleur et d’y entremêler des fleurs symbolisant l’amour lui est venu suite au décès de sa mère.

Nellie Blue.« Nellie était l’une de mes premières collaboratrices sur ce projet. C’est sur cette photo que j’ai commencé à appliquer de la couleur aux découpes et à saisir les contours des visages. »

Polina Rabtseva.« Polina est à la fois photographe et modèle. Dans cette composition, je n’ai pas cherché à montrer clairement son visage. J’ai joué la délicatesse, tout en ajoutant davantage de formes. »

Reign Apiim alias Lashaia Artis. « Cette création m’a pris davantage de temps car la photo d’origine nécessitait déjà beaucoup de travail. Il a fallu que j’étudie plus en détail les formes pour déterminer les fleurs à utiliser et éviter de créer une image surchargée. »

Trucs, astuces et conseils de Marcelo : Au sujet de la persévérance, « il faut garder à l’esprit qu’une idée mûrit progressivement avant de donner lieu à une composition exceptionnelle. Il est donc important de ne jamais baisser les bras. »

À propos de Photoshop : « Cet outil très intuitif permet de réaliser une retouche de plusieurs manières. Vous êtes donc libre de travailler comme vous l’entendez. Un grand nombre de tutoriels et de ressources sont également disponibles, mais c’est à vous de trouver le moyen d’en tirer parti. »

Nathalia Suellen – Illustratrice

Nathalia Suellen s’est formée seule à Photoshop en créant un collage photo il y a sept ans. « J’ai toujours le cerveau en ébullition, et c’est cet outil qui me permet d’exprimer mes idées », explique-t-elle. Alors qu’elle effectuait de simples manipulations photo depuis un certain temps, elle s’est aperçu que certains de ses clients attendaient qu’elle crée du contenu sans la moindre limite. Nathalia ne regrette pas son passage à la 3D : « J’incorpore de nombreux éléments 3D à mes nouveaux projets, ce qui m’aide à donner vie à mes idées surréalistes. Photoshop réunit désormais le meilleur des deux mondes… Comparable à une machine à coudre, cette application me permet, non pas d’assembler différents tissus, mais de créer des visuels à partir de divers éléments. »

Wash Away Your Sins. « Cette illustration évoque les regrets et les remords. Elle est inspirée d’une scène d’un jeu vidéo, où une coupe remplie d’eau permet de se laver de ses péchés. »

Campfire. « Cette illustration s’inspire des Trois Grâces, mais dans une veine plus obscure. Mon idée de départ était de montrer trois femmes heureuses dansant autour d’un feu, mais j’ai finalement préféré mettre en scène une sorte de sabbat des sorcières. »

Still Life. « Mon objectif ici était de créer une nature morte avec des fruits et des fleurs, mais aussi de porter un regard sur le sens de la nature humaine. »

Trucs, astuces et conseils de Nathalia : À propos de Photoshop Camera Raw, « J’utilise ce filtre tout le temps, et plus particulièrement les outils de réduction du bruit et de réglage colorimétrique (TSI/Niveaux de gris). Parfois, le rendu 3D de mes images ne me satisfait pas complètement, et je dois équilibrer toutes les couleurs. Camera Raw réunit tous les outils dont j’ai besoin au même endroit : Teinte, Saturation, Luminance, Virage partiel et Réduction du bruit. C’est pour moi une première étape incontournable avant de démarrer un projet. »

 

Pour en savoir plus sur ces artistes, suivez-les sur leurs réseaux sociaux :

Retrouvez nos deux dernières escales créatives à Tokyo et Paris, et ne manquez pas la suivante : nous mettrons en lumière trois nouveaux artistes dans une autre ville.

inspiration

Participez à la discussion