Creative Connection

Six astuces pour éviter le design de groupe

Si quelqu’un veut un bouton plus grand, demandez pour quelle raison cela pousserait davantage les utilisateurs à cliquer.

Oui au design collaboratif – non au design de groupe

Vous pouvez poser la question à n’importe quelle équipe, elle vous répondra que la collaboration, tout particulièrement en matière de design, est fondamentale. Posez la même question à un designer et il vous répondra qu’il faut éviter plus que tout d’avoir un produit, un service ou une campagne conçus en groupe. C’est un vrai dilemme pour le designer. Quand on travaille en groupe, on essaye généralement de satisfaire tout le monde, et paradoxalement, personne n’en ressort vraiment satisfait. Si le design peut doper votre marque, un mauvais design peut tout aussi bien la dévaloriser.

Heureusement, il existe des solutions et des méthodes qui peuvent vous aider à récolter les fruits d’une véritable collaboration sans obtenir un design à la Frankenstein. Voici six astuces pour vous lancer.

 

Astuce n° 1 : Reconnaître que chacun joue un rôle différent

Toute collaboration repose sur la mise en place d’une dynamique. Tous les membres de votre équipe ont un rôle différent et n’ont pas vocation à intervenir au même moment du processus de conception. Certains seront plus utiles très en amont, d’autres se révèleront plus précieux à mi-parcours ou proches de la production finale. Définir l’implication de chacun est essentiel pour prendre les bonnes décisions qui façonneront le design lui-même.

Astuce n° 2 : Déterminez quel feedback est nécessaire et à quel moment

Une fois que les parties prenantes de votre projet ont été bien identifiées, déterminez le type de feedback dont vous aurez besoin et à quelle étape du projet chacun doit vous les formuler. A certains moments, il est nécessaire que tout le monde participe, comme dans les premières phases de développement. À d’autres moments, il faudra impliquer beaucoup moins de personnes.

L’objectif : avoir peu de personnes mais les bonnes, autour de la table. Pour ce faire, examinez les priorités de votre projet et l’expertise de chaque partie prenante en la matière. Vous aurez une vision plus claire de qui doit apporter quoi et à quelle étape. Quelques astuces encore :

  • Impliquez les dirigeants dès le début. Leur point de vue commercial peut contribuer à définir les objectifs à laquelle la conception doit répondre.
  • Passez-vous du marketing lorsqu’il est temps de commencer. Leur apport en communication est précieux, mais ils ne sont pas essentiels en matière de création visuelle ou de mise en œuvre.
  • Validez les idées auprès de vos équipes de vente et de service à la clientèle. Après tout, ils connaissent vos clients mieux que quiconque.
  • Assurez-vous d’impliquer les développeurs avant la mise en œuvre. Ce que vous concevez doit être techniquement possible et ils sont les mieux placés pour vous le dire.

Astuce n° 3 : Pour vos brainstormings, pensez large

Le processus de réflexion doit être large pour aboutir à des conclusions spécifiques. En d’autres termes, explorez autant de solutions potentielles que possible afin de pouvoir identifier aussi précisément que possible les problèmes auxquels vous serez confrontés. À ce moment-là, tout le monde a la capacité de participer à la conception, car la résolution de problèmes est une compétence universelle.

À ce stade, il est essentiel de disposer d’exercices créatifs. Vous pouvez demander aux gens de générer des idées par le dessin, ou passer par d’autres biais. N’imposez aucune limite à la créativité de chacun. N’oubliez pas, au départ, il n’y a pas d’idée stupide, seulement des idées à valider par la suite si elles vous aident à atteindre vos objectifs.

Astuce n° 4 : Réduisez le champ des possibles à mesure que vous progressez

Pour choisir les idées qui valent la peine d’être retenues et la manière de les mettre en œuvre, appuyez-vous sur l’aide d’un spécialiste en design (comme le directeur créatif) qui vous aidera à faire la distinction entre les avis utiles et les simples opinions.

C’est également à ce stade que vous allez développer les premiers gabarits et prototypes. Tout le monde peut y contribuer, mais c’est l’équipe produit qui doit avoir le dernier mot sur les idées à retenir.

Astuce n° 5 : Apprenez à intégrer les réactions tardives

Nous sommes tous passés par là. Le projet est en bonne voie, vous avez la sensation que tout progresse comme il faut… Mais des « petits commentaires » surviennent – sauf qu’il est maintenant trop tard pour changer les choses sans compromettre votre planning. C’est parfois inévitable.

Mais rappelez-vous : le feedback est une négociation, pas un diktat. En gardant cela en tête, voici quelques conseils sur la façon de gérer ces feedbacks à un stade avancé :

  • Traitez les retours des uns et des autres comme un dialogue. Le retour d’information ne devrait pas se faire que dans un sens, ni être prescriptif. Le designer ne doit pas hésiter à critiquer de manière constructive le raisonnement qui sous-tend certains feedbacks.
  • Posez des questions de suivi. Si un commentaire est directif plutôt qu’ouvert, posez des questions de suivi pour vraiment comprendre où réside le problème. Si quelqu’un veut un bouton plus grand, demandez pour quelle raison cela pousserait davantage les utilisateurs à cliquer.
  • Fondez vos décisions sur des faits. Les opinions sont fragiles, alors qu’il est difficile de contester des faits et des chiffres. Dans la mesure du possible, utilisez des statistiques, des données utilisateurs, des recherches en ergonomie ou des principes de design pour vendre vos idées.

Astuce n° 6 : Tout le monde participe, mais vous restez l’expert

Cela vaut la peine de le répéter : le processus a beau être collaboratif, la décision finale repose dans les mains du designer. Assurez-vous que cela reste le cas tout au long du processus de design, quitte à ne pas plaire à tout le monde, faute de quoi le projet risque de se transformer en une somme hétéroclite de compromis. Cela étant dit, assurez-vous que le reste de l’équipe soit informé des feedbacks – cela montre que vous avez écouté et renforce la confiance dans l’ensemble de l’équipe.

Le meilleur design commence par la prise de décisions et se poursuit en apprenant de l’expérience. Appuyez-vous sur votre jugement, testez votre design auprès des utilisateurs, analysez les points à améliorer, puis répétez le cycle.

 

Utilisez le design collaboratif à votre avantage

La collaboration est un élément clé de tout projet de design, particulièrement dans l’environnement de l’entreprise. Si vous voulez en savoir plus sur la façon dont le design collaboratif peut profiter à vous ou à votre équipe, téléchargez notre rapport gratuit Design Avantage.

Cet article de blog est basé sur l’article de 99u original, The Right Way to Do Collaborative Design: How to Avoid Designing by Committee.

 

creativite en entreprise

Participez à la discussion