Creative Connection

11 mai 2018 /graphisme /

Comment réaliser un timelapse, Partie 1

Article rédigé par Michael Shainblum.

Les timelapses sont utilisés depuis de nombreuses années pour dévoiler toute la beauté du monde imperceptible à l’œil nu. De la fonte de glaces à l’apparition de la voie lactée dans le ciel, les domaines d’application sont très nombreux. Equipements, réglages… Voici mes quelques conseils pour réaliser des timelapses.

J’ai filmé cette vidéo au cœur du massif des Dolomites dans le nord de l’Italie, avec le photographe et vidéographe Andrew Studer et la photographe Serena Ho.

De l’appareil photo aux filtres : mon équipement pour réaliser des timelapses

S’il est possible de créer un timelapse avec un téléphone mobile posé en équilibre sur un rocher, l’utilisation de quelques équipements supplémentaires peut ouvrir de nouvelles possibilités.

  • Appareil photo : j’utilise le Canon EOS 6D et le Sony a7S, mais n’importe quel appareil reflex numérique ou hybride peut parfaitement faire l’affaire.
  • Objectif : les objectifs photo conviennent aussi à ce format. De mon côté, j’utilise généralement un objectif grand angle (17-40 mm ou 14-24 mm), un objectif moyen (24-105 mm) et un objectif 70-200 mm.
  • Trépied : vous pouvez partir sur n’importe quel modèle, mais si vous êtes amené à faire beaucoup de randonnées, choisissez-en un en fonction de son poids. Pour ma part, j’utilise les trépieds Induro CLT204 et CLT104, qui sont à la fois légers et robustes.

Dans les Dolomites, la météo était totalement imprévisible.

  • Commande à distance (intervallomètre): cet équipement permet de déclencher l’appareil pour prendre des photos selon un intervalle défini. Par exemple, pour montrer la course des nuages sur 15 minutes, vous pouvez paramétrer l’intervallomètre pour prendre une exposition toutes les deux secondes.
  • Cartes mémoire : il existe des cartes très performantes, qui peuvent contenir une multitude d’images RAW et vous éviter d’être à court d’espace. J’utilise une carte 64 Go ou 128 Go offrant une vitesse d’écriture d’au moins 100 Kbits/s, mais la capacité dépend de la résolution de votre appareil, de la taille des fichiers et du nombre d’images que vous capturez.
  • Filtres : les filtres ne sont pas indispensables pour réaliser des timelapses. Toutefois, si vous envisagez d’utiliser des vitesses d’obturation plus longues pour des vidéos tournées en journée, optez pour des filtres à densité neutre (ND), qui limitent la quantité de lumière pénétrant dans l’objectif. J’utilise fréquemment des filtres ND à trois et six arrêts.

J’ai pris cette photo lorsque le soleil était bas et donnait à ces roches ciselées une teinte rose clair.

Quels réglages matériels pour réaliser vos timelapses ?

  • Mise au point : définissez-la manuellement.
  • Vitesse d’obturation : définissez-la manuellement. Pour certains éléments, je privilégie des temps d’exposition relativement longs, car l’effet de mouvement rend l’accéléré moins saccadé et floute les personnes ou les voitures dans la scène.

Pour apprendre à maîtriser cette technique, je vous conseille de capturer des images avec une lumière relativement uniforme (en plein jour ou en pleine nuit, par exemple). Les changements brutaux de lumière dans un timelapse filmé entre le jour et la nuit vous obligent à régler votre appareil en mode Priorité ouverture, ce qui signifie que votre F-Stop est fixe mais que la vitesse d’obturation change en fonction de la lumière. Il peut en résulter un effet indésirable de scintillement qui nécessitera d’être corrigé.

Andrew Studer a filmé les « coulisses » de notre escapade dans les Dolomites.

  • F-Stop (ouverture) : une ouverture à f/4 ou f/5.6 évite de capturer des poussières, comme c’est souvent le cas avec un diaphragme de f/18 ou f/22. Bien qu’elles soient faciles à éliminer sur une photo, ces particules sont vraiment fastidieuses à supprimer des timelapses. Une ouverture plus faible peut également contribuer à réduire les scintillements.
  • ISO : comme pour les photos, mieux vaut conserver la valeur ISO la plus faible possible afin de réduire le bruit. Toutefois, pour les prises de nuit, choisissez une valeur ISO élevée afin de capturer suffisamment de lumière. Dans ces conditions, je règle l’ISO sur 6 400, voire 12 800 sur mon Sony a7S.
  • Intervalle : il est très important de sélectionner un intervalle correct entre chaque image. En règle générale, plus le sujet se déplace rapidement, plus la fréquence d’intervalle doit être élevée. Tout dépend cependant de l’effet recherché.
    • Voitures et personnes : intervalle de 1 à 2 secondes
    • Brume ou nuages bas à course rapide : intervalle de 1 à 2 secondes
    • Nuages hauts et cumulus à course plus lente : intervalle de 2 à 3 secondes
    • Étoiles et voie lactée : intervalle de 15 à 30 secondes
    • Ville au coucher du soleil puis à la nuit tombée : intervalle de 5 à 7 secondes
  • Comparaison des formats RAW et JPEG : les images RAW sont certes volumineuses, mais elles contribuent à accélérer la retouche et le montage.

Pour savoir comment traiter vos prises de vue dans Adobe Lightroom CC et Adobe After Effects CC, consultez l’article de blog « Comment réaliser un timelapse, Partie II ».

Pour découvrir plus en détails cette aventure dans les Dolomites, consultez mon site web.

graphisme

Participez à la discussion