Creative Connection

16 février 2018 /Adobe Stock /

[Visual Trends] Une sensation de calme absolu : l’univers photographique de Michael Schauer

Certains n’iraient pas forcément affronter les climats nordiques les plus rigoureux, mais pour le photographe Michael Schauer, ces régions présentent un attrait tout particulier.

« Elles sont pour moi le théâtre de la vraie vie, dénuée de tout artifice », déclare-t-il. « Dans le Nord, vous pouvez ressentir la véritable puissance de la nature, qui peut être à la fois effrayante et magnifique. Les glaciers, les icebergs et les vastes étendues de neige dégagent un certain calme, et c’est précisément ce que je recherche dans ces régions et souhaite véhiculer dans mes photos. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une découverte inattendue

« Tout ce que j’ai appris vient des innombrables ouvrages et sites web que j’ai parcourus, et des centaines d’heures passées à prendre des photos et à les retoucher », explique-t-il.

Son intérêt — et son talent — pour la photographie est le fruit d’un pur hasard : à la séparation de son groupe de musique, il s’est mis en quête d’une nouvelle forme d’expression artistique.

« Un jour, je suis sorti et j’ai ressenti beaucoup de plaisir à prendre des photos avec mon téléphone », se rappelle-t-il. « J’ai alors cherché à savoir si je pouvais aller encore plus loin. Maintenant, je commence à y voir clair… »

A la recherche de nouveaux points de vue

Dans un monde qui abonde de photographies de paysage et de voyage postées en ligne, il est très difficile de sortir du lot.

« Réaliser des photos uniques relève aujourd’hui du défi. S’il est formidable de pouvoir voyager à prix raisonnable, le web est désormais submergé de clichés pris aux mêmes endroits et selon la même perspective », constate Michael. « Je trouve que ces photos vieillissent très vite. J’essaie donc de trouver de nouveaux points de vue. Pour cela, je peux par exemple utiliser un téléobjectif, m’éloigner des sentiers battus ou tout simplement photographier quelque chose de totalement différent. »

« Le photographe doit guider l’œil en utilisant les lignes, le poids de la composition, ou encore en jouant avec les niveaux de luminosité par exemple », explique-t-il.

 

 

 

 

 

Portraits et paysages : un langage commun autour du calme

Michael Schauer apprécie également l’art du portrait.

« Si j’adore photographier des paysages dans des contrées lointaines, le travail centré sur l’être humain, qui est certes complètement différent, est tout aussi stimulant et inspirant », confie-t-il. « C’est amusant d’essayer de transposer des techniques de composition d’un exercice à l’autre, de jouer avec la lumière pour créer des formes originales ou encore de refléter une partie de la photo à travers un prisme. »

Bien que les deux pratiques soient très différentes, les portraits et les photos de paysage de Michael Schauer partagent un langage commun : celui du calme absolu.

Le travail de Michael Schauer a évolué ces dernières années.

« Je privilégie de plus en plus le naturel dans mes retouches. Il y a trois ans, j’avais tendance à trop accentuer les couleurs, que je contrebalançais avec des effets d’atténuation, chose que je ne referai plus », poursuit-il. « Cela venait probablement du fait que je ne maîtrisais pas encore mon appareil photo. »

 

 

 

 

 

Michael Schauer privilégie de plus en plus le naturel dans ses retouches — une ancienne photo à gauche et une plus récente à droite.

Sa technique de prise de vue a, elle aussi, évolué — passant de photos grand angle de paysages épiques (pour la plupart) à des plans plus détaillés.

« Aujourd’hui, je privilégie aussi les couleurs naturelles, et depuis que j’ai développé mes compétences techniques, j’essaie de sublimer la beauté de chaque lieu par des réglages subtils de densité. Et j’ai définitivement abandonné les effets d’atténuation au profit d’images plus nettes », ajoute-t-il.

Depuis qu’il possède un drone, il est également tombé amoureux de la photographie aérienne et de la vidéographie, une passion qui se reflète d’ailleurs dans nombre de ses images Adobe Stock.

Une bonne photo libre de droits, selon ce contributeur Adobe Stock

Michael Schauer est contributeur Adobe Stock depuis maintenant un an.

« La plupart des photos que je publie sur Adobe Stock sont en rapport avec les voyages et l’aventure », déclare-t-il. « On retrouve essentiellement des photos de paysage dans mon portfolio, mais il y a aussi de nombreux clichés dans lesquels j’ai voulu créer une sensation d’immensité autour d’un sujet. »

Sa contribution à Adobe Stock l’a motivé à suivre de plus près les tendances visuelles et à s’ouvrir à des photographies plus commerciales. L’argent qu’il gagne est aussitôt réinvesti dans son activité et lui sert à entreprendre de nouveaux voyages et projets, et à compléter son matériel.

D’après Michael Schauer, une bonne photo libre de droits doit présenter au moins l’une des caractéristiques suivantes — et toutes, si possible :

  • véhiculer un message clair
  • autoriser une interprétation personnelle, son contexte servant à la valoriser (pour se prêter à différentes utilisations et favoriser ainsi les ventes)
  • ne présenter aucun défaut technique (mise au point ciblée, ligne droites et exposition correcte)
  • présenter des retouches naturelles afin de permettre à l’acheteur de la peaufiner s’il le souhaite

 

 

 

 

 

Il conseille également d’opter pour des perspectives intéressantes et de mettre en valeur ce qu’il appelle « la beauté subtile du quotidien ». Il peut s’agir d’un moment calme à la maison, d’une ombre intéressante ou d’un vieil homme vêtu d’un costume et d’un chapeau passant devant vous.

« Vous devez également trouver la technique qui vous convient et votre propre style photographique », conclut-il.

Une famille d’équipements photographiques

Michael Schauer est très attaché à son matériel.

« Mes appareils photo sont bien plus que du matériel », affirme-t-il. « Ils sont en quelque sorte le catalyseur de toutes les idées auxquelles je donne vie dans chacune de mes photos. J’ai donc décidé de leur donner un nom. »

Il a ainsi baptisé son Nikon D800 « Rosalind » et son drone « Fridolin ». Un autre drone, « Roderich », viendra bientôt agrandir la famille.

Pour la post-production, Adobe Lightroom CC a sa prédilection. « Même si j’utilise de plus en plus Adobe Photoshop pour réaliser des fusions et des réglages avancés de la densité, c’est un vrai plaisir de travailler dans Lightroom, surtout depuis la dernière mise à jour », affirme-t-il.

Passer plus de temps à faire ce qu’il aime

En 2018, Michael Schauer entend « voyager plus, travailler plus et passer plus de temps à faire ce qu’il aime ». Il prévoit notamment d’acquérir des drones de catégorie supérieure — et de répondre une fois de plus à l’appel du Grand Nord.

« J’ai quelques idées de projets au nord du cercle arctique », confie-t-il.

« J’essaie toujours de prendre des photos comme si je réaliserais une vidéo », souligne Michael.

Pour en savoir plus sur Michael Schauer, consultez son site web et découvrez ses photos sur Adobe Stock.

Adobe Stock

Participez à la discussion