Blog Post:Aujourd’hui, la première richesse d’une entreprise, ce sont ses données. Toute marque dispose en effet d’un véritable patrimoine de données, lesquelles sont collectées sur l’ensemble de ses propriétés, digitales ou non (allant du site web à l’application mobile, en passant par ses réseaux sociaux, son programme de fidélité, ses données de caisse, ses données CRM, etc.). Autrefois utilisées uniquement en interne afin d’améliorer ses conversions, on assiste actuellement à une évolution de l’usage de la donnée, qui est devenue une monnaie d’échange et une source de revenus complémentaires grâce au développement des marchés de données (ou « data marketplace »). L’évolution de l’usage de la donnée Utilisées par les marques pour mieux comprendre leurs clients et mieux les servir, les données servent évidemment à vendre plus, à vendre mieux, mais aussi à identifier de nouvelles opportunités de business. Or, si les données ont longtemps été restreintes à un usage en interne, par l’entreprise elle-même (hormis celles dont le métier est évidemment de louer/vendre de la donnée), les choses ont dorénavant changé : l’émergence des marchés de données permet en effet de générer des revenus en proposant ses propres données à d’autres annonceurs. C’est notamment ce que permet la Marketplace d’Adobe Audience Manager, la DMP d’Adobe. Cette marketplace, intégrée à la DMP, permet la mise en relation de différents annonceurs et éditeurs de contenu qui ont en commun d’utiliser cette même DMP. A travers cette mise en relation, il devient possible d’acheter, vendre ou échanger très simplement ses données. Ainsi, un constructeur automobile souhaitant cibler les femmes entre 25 et 40 ans pourra louer les segments d’audience d’un acteur spécialisé dans la beauté, directement au sein d’Audience Manager : si des marques concurrentes font rarement ce genre d’échange, c’est de plus en plus pertinent pour des marques dont les audiences sont similaires et qui ne sont pas sur le même marché. C’est, par exemple, ce que font des marques comme Starwood et American Express. Cette nouvelle façon de générer opportunités commerciales et revenus complémentaires change complétement la donne au sein de l’univers du marketing digital. L’enjeu premier est de pouvoir lancer des campagnes média toujours plus performantes, sans avoir besoin de faire appel à des fournisseurs de données, dont l’avenir pourrait sembler incertain. La limite est la nécessité de partager la même DMP, si on veut le faire simplement : mais, même sans cela, cette simple possibilité ouvre des perspectives nouvelles et vient encore plus renforcer le caractère fondamental de la data et de la nécessité de posséder et savoir exploiter ses propres données. Author: Date Created:1 mars 2016 Date Published: Headline:L’émergence des marketplaces Social Counts: Keywords: Publisher:Adobe Image:https://blogs.adobe.com/digitaleurope/files/2016/03/Fotolia_70416826_Subscription_Yearly_M_PLUS-1024x574.jpg

Aujourd’hui, la première richesse d’une entreprise, ce sont ses données. Toute marque dispose en effet d’un véritable patrimoine de données, lesquelles sont collectées sur l’ensemble de ses propriétés, digitales ou non (allant du site web à l’application mobile, en passant par ses réseaux sociaux, son programme de fidélité, ses données de caisse, ses données CRM, etc.). Autrefois utilisées uniquement en interne afin d’améliorer ses conversions, on assiste actuellement à une évolution de l’usage de la donnée, qui est devenue une monnaie d’échange et une source de revenus complémentaires grâce au développement des marchés de données (ou « data marketplace »).

L’évolution de l’usage de la donnée
Utilisées par les marques pour mieux comprendre leurs clients et mieux les servir, les données servent évidemment à vendre plus, à vendre mieux, mais aussi à identifier de nouvelles opportunités de business. Or, si les données ont longtemps été restreintes à un usage en interne, par l’entreprise elle-même (hormis celles dont le métier est évidemment de louer/vendre de la donnée), les choses ont dorénavant changé : l’émergence des marchés de données permet en effet de générer des revenus en proposant ses propres données à d’autres annonceurs.

C’est notamment ce que permet la Marketplace d’Adobe Audience Manager, la DMP d’Adobe. Cette marketplace, intégrée à la DMP, permet la mise en relation de différents annonceurs et éditeurs de contenu qui ont en commun d’utiliser cette même DMP. A travers cette mise en relation, il devient possible d’acheter, vendre ou échanger très simplement ses données.

Ainsi, un constructeur automobile souhaitant cibler les femmes entre 25 et 40 ans pourra louer les segments d’audience d’un acteur spécialisé dans la beauté, directement au sein d’Audience Manager : si des marques concurrentes font rarement ce genre d’échange, c’est de plus en plus pertinent pour des marques dont les audiences sont similaires et qui ne sont pas sur le même marché. C’est, par exemple, ce que font des marques comme Starwood et American Express.

Cette nouvelle façon de générer opportunités commerciales et revenus complémentaires change complétement la donne au sein de l’univers du marketing digital. L’enjeu premier est de pouvoir lancer des campagnes média toujours plus performantes, sans avoir besoin de faire appel à des fournisseurs de données, dont l’avenir pourrait sembler incertain. La limite est la nécessité de partager la même DMP, si on veut le faire simplement : mais, même sans cela, cette simple possibilité ouvre des perspectives nouvelles et vient encore plus renforcer le caractère fondamental de la data et de la nécessité de posséder et savoir exploiter ses propres données.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *